Aller au contenu principal
Exemple : Education, Europe, Santé

Tourisme : parer l’urgence tout en préparant l’avenir

Analyses - 22 Novembre 2016


Deux rendez-vous ministériels dédiés au tourisme en dix jours seulement : l'occasion de réaffirmer le statut de priorité nationale accordé à un secteur fortement fragilisé. Le comité interministériel du tourisme, qui s'est tenu le 7 novembre, suivi de près par la deuxième conférence annuelle du tourisme, le 17 novembre, ont permis au gouvernement de présenter les nouvelles actions qui seront développées en faveur de l'industrie touristique dans les prochains mois. Au menu : la sécurité, la promotion, le soutien des professionnels du secteur mais aussi l'accueil, l'investissement et le numérique. L'optimisme quant à l'imminente reprise de l'activité du secteur est également un marqueur fort de ces différentes interventions. A raison ? Quel impact en attendre ? Premières réponses.

Garantir la sécurité des touristes

Le volet le plus ambitieux du plan présenté lors du comité interministériel porte sur la dimension sécuritaire. Ébranlé par les attentats, en Ile-de-France et sur la Côte d’Azur tout particulièrement, le tourisme français enregistre des performances préoccupantes au premier semestre 2016. Si la clientèle française a globalement bien résisté, ce sont sur les clientèles étrangères que s’enregistrent les plus fortes baisses : le ministre des affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a évoqué une baisse de l’ordre de 8% de la fréquentation touristique de visiteurs internationaux de janvier à août 2016, soit la chute la plus grande qu’ait connue le pays depuis au moins 40 ans. Malgré ces annonces, Jean-Marc Ayrault se veut optimiste, et maintient l’objectif gouvernemental de 100 millions de visiteurs en 2020 : "C’est possible à condition que l’ensemble des acteurs continuent de se mobiliser. La France conserve une image attractive et une forte sympathie dans le monde", a-t-il déclaré le 17 novembre.

Afin de garantir la sécurité des touristes français et étrangers, le gouvernement a annoncé le déploiement d’un plan d’action de 15,5 millions d’euros, auquel s’ajoute la création d’une structure "sécurité tourisme" dans chaque département. Cette nouvelle entité sera pilotée par un préfet coordonnateur nommé par le ministre de l’Intérieur. Le plan permettra également de renforcer les patrouilles présentes dans les trains transfrontaliers et dans les régions Ile-de-France, PACA et Auvergne-Rhône-Alpes. Le Fonds interministériel de prévention de la délinquance bénéficiera également de ce plan, à hauteur de 10 millions d’euros, qui  financeront des caméras de surveillance et la sécurisation d’établissements culturels publics très fréquentés.

Renforcer les moyens de promotion de la destination France

Le second volet du plan annoncé par le gouvernement porte sur la promotion de la destination France auprès des touristes français et internationaux. 10,5 millions d’euros seront ainsi consacrés à des actions de promotion, pilotées par Atout France.

Lors de la seconde conférence annuelle du tourisme, le 17 novembre, Jean-Marc Ayrault, David Lisnard, président du Comité régional du tourisme de Côte d'Azur, et Christian Mantei, directeur général d'Atout France, ont également signé un contrat de destination "Côte d'Azur, Terre d'événements" dont l’objectif est d'accueillir 2,1 millions de visiteurs en 2020, grâce à l’organisation d’événements sportifs, culturels ou professionnels, pour une augmentation de la fréquentation de l’ordre de 25% sur les quatre prochaines années. Jean-Marc Ayrault a également promis une enveloppe d’un million d'euros pour relancer la destination azuréenne.

Soutenir les professionnels et les salariés du secteur touristique

Troisième volet du plan annoncé lors du comité interministériel : la mobilisation en faveur des professionnels et des salariés du secteur. 11 millions d’euros viendront ainsi abonder le fonds de modernisation de la restauration et le prêt rénovation hôtelière géré par Bpifrance. Ces prêts pourront également être bonifiés pour les hôteliers, cafetiers ou restaurateurs qui financeront un accès gratuit à internet dans leurs établissements ou encore l’installation de systèmes de réservation en ligne. Ce volet prévoit également de faciliter le recours à l’activité partielle, qui s’est largement développé ces dernières années. Parmi les autres mesures annoncées, 5,7 millions d’euros vont être déployés pour permettre aux Français les plus modestes de partir en vacances. Les priorités identifiées lors de la première conférence annuelle du tourisme, en octobre 2015, sont également maintenues. L'investissement, la qualité de l’accueil, le numérique et la formation demeurent des priorités pour le secteur, mais aucune nouvelle proposition n’est venue leur donner davantage de contenu.

Ces mesures suffiront-elles à relancer l’industrie et la fréquentation touristique en France ? Comme nous le rappelions récemment, les seules mesures conjoncturelles ne pourront pallier à elles seules les difficultés rencontrées par le secteur, et une mobilisation de l’ensemble des acteurs est aujourd’hui nécessaire.

 

  • Commentaires

    Ajouter un commentaire

    À propos des formats de texte

    Commentaire

    • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type='1 A I'> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id='jump-*'> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
    • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
    • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
    • Seules les images hébergées sur ce site peuvent être placées dans une balise <img>.

...

Envoyer cette page par email

L'adresse email du destinataire n'est pas valide
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017