Aller au contenu principal
Exemple : Education, Europe, Santé

[Sondage] - Les Français face aux défis de la transition écologique

Analyses - 2 Juin 2022

Par Institut Montaigne

Tous les mois, l'Institut Elabe interroge les Français pour Les Echos, l'Institut Montaigne et Radio Classique, ce mois-ci la question posée porte sur la transition écologique. 

Pour plus d’1 Français sur 2, l’amélioration du pouvoir d’achat et la transition écologique sont deux objectifs conciliables. Depuis novembre 2019, la priorité accordée au pouvoir d’achat progresse dans l’opinion (37 %, + 8)

Question : Ces derniers mois et dernières semaines, les sujets du pouvoir d’achat et de la transition écologique ont été évoqués dans le débat public. Selon vous, l’amélioration du pouvoir d’achat et la transition écologique sont-ils des objectifs compatibles ?

52 % (9 par rapport au 13 novembre 2019) estiment que ces deux objectifs sont conciliables, 37 % (+ 8) considèrent qu’il faudrait privilégier l’amélioration du pouvoir d’achat et 10 % (=) qu’il faudrait privilégier la transition écologique.

En un peu plus d’un an et demi, l’importance attribuée à l’amélioration du pouvoir d’achat sur la transition écologique progresse fortement chez les ouvriers (50 %, + 17) et chez les retraités (45 %, + 13). 

À ce jour, les cadres et professions intermédiaires (63 %), les électeurs d’Emmanuel Macron du premier tour de la présidentielle (65 %) et de Jean-Luc Mélenchon (61 %) sont les plus convaincus de la comptabilité entre ces deux objectifs. Les électeurs d'Éric Zemmour (56 % priorité pouvoir d’achat), de Marine Le Pen (55 %), les ouvriers (50 % pouvoir d’achat, 42 % objectifs conciliables) et dans une moindre mesure les retraités (45 % pouvoir d’achat, 49 % conciliables) et les habitants des communes rurales (44 % pouvoir d’achat, 45 % conciliables) sont particulièrement nombreux à privilégier l’amélioration du pouvoir. À noter que 19 % des plus jeunes (18-24 ans) privilégient la transition écologique à l’amélioration du pouvoir d’achat. 

Des Français très sceptiques sur l’ambition écologique de l’exécutif : 2 sur 3 estiment que l’engagement d’Emmanuel Macron pour l’environnement n’est pas sincère…

Question : Ces derniers mois et dernières semaines, Emmanuel Macron s’est exprimé à plusieurs reprises sur le thème de l’environnement et l’écologie. Vous personnellement, diriez-vous que l’engagement d’Emmanuel Macron pour l’environnement est sincère ?

65 % des Français estiment que l’engagement d’Emmanuel Macron pour l’environnement n’est pas sincère, dont 39 % pas vraiment et 26 % pas du tout. À l’inverse, 34 % considèrent que son engagement est sincère, dont 29 % plutôt et 5 % tout à fait. Une opinion critique qui progresse de 4 points depuis notre enquête du 2 juillet 2020 réalisée peu après la publication des propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat.

…et que l’organisation du nouveau gouvernement ne permettra pas d’accélérer la transition écologique en France

Question : Entre les deux tours de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron avait déclaré que son nouveau Premier ministre serait "directement chargé de la planification écologique". La nouvelle Première ministre Elisabeth Borne est en charge de la planification écologique et est accompagnée de deux ministres Amélie de Montchalin en charge de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, et Agnès Pannier Runacher, en charge de la Transition énergétique. Selon vous, cette nouvelle organisation et ces nominations vont-elles permettre d’accélérer le rythme de la transition écologique en France ?

La nouvelle Première ministre Elisabeth Borne est en charge de la planification écologique et est accompagnée de deux ministres : Amélie de Montchalin en charge de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, et Agnès Pannier Runacher, en charge de la Transition énergétique. 66 % des Français considèrent que cette organisation et ces nominations ne permettront pas d’accélérer le rythme de la transit ion écologique en France, dont 46 % pas vraiment et 20 % pas du tout. À l’inverse, 33 % pense qu’elles permettront de favoriser la transition écologique dont 29 % plutôt et 4 % tout à fait.

Les électeurs d’Emmanuel Macron ont, sur ces deux points, ont un regard très positif : 80 % estiment que l’engagement de leur candidat est sincère et 73 % pensent que l’organisation du nouveau gouvernement permettra d’accélérer la transition écologique. En revanche, le scepticisme domine au sein de tous les autres électorats : Marine Le Pen (84 % pas sincère, 82 % ne permettra pas d’accélérer la transition écologique), Éric Zemmour (82 % et 81 % non), Jean Luc Mélenchon (79 % et 79 % non), Yannick Jadot (72 % et 61 % non) et Valérie Pécresse (65 % et 66 % non), un scepticisme partagé par les abstentionnistes (74 et 73 %).

Une majorité de Français au sein de toutes les catégories de population doutent de la sincérité de l’engagement d’Emmanuel Macron et de la capacité du nouveau gouvernement à accélérer la transition écologique.

Afin de réussir la transition écologique, les Français comptent avant tout sur les citoyens (63 %), les collectivités locales (56 %) et les entreprises (46 %)

Question : Pour réussir la transition écologique, quels sont les acteurs sur qui vous comptez le plus ? En 1er ? En 2ème ? En 3ème ?

Pour 63 % des Français (3 réponses possibles parmi 7 items), les citoyens sont les acteurs privilégiés pour réussir la transition écologique devant les collectivités locales (commune, agglomération, département, région) (56 %) et les entreprises. Derrière ce trio en tête, les Français citent le gouvernement (38 %), les scientifiques et les chercheurs (36 %) et les associations et les militants (26 %). Seuls 8 % des Français évoquent les personnalités et les intellectuels.

Pour 63 % des Français (3 réponses possibles parmi 7 items), les citoyens sont les acteurs privilégiés pour réussir la transition écologique devant les collectivités locales (commune, agglomération, département, région) (56 %) et les entreprises (Derrière ce trio en tête, les Français citent le gouvernement (38 %), les scientifiques et les chercheurs (36 %) et les associations et les militants (26 %). Seuls 8 % des Français évoquent les personnalités et les intellectuels.

De manière générale, les citoyens, les collectivités locales et les entreprises arrivent en tête dans la plupart des catégories de population, quelques nuances peuvent toutefois être notées :

  • Les citoyens et les collectivités locales sont particulièrement cités par les plus âgés (par 71 % et 67 % des 65 ans et plus)
     
  • Les collectivités locales (commune, agglomération, département, région) sont un acteur davantage évoqué par les résidents des communes rurales et des petites agglomérations (60 %, contre 47 % agglomération parisienne)
     
  • Les entreprises sont davantage citées par les cadres (57 %) et par les 25-49 ans (51 %)
     
  • Le gouvernement est privilégié par les électeurs d’Emmanuel Macron du 1er tour de la présidentielle (64 % contre 27 % à 43 % dans les autres électorats)
     
  • Les scientifiques et les chercheurs sont davantage considérés par les plus de 50 ans (41 %), les cadres (41 %) et les plus diplômés (39 %)
     
  • Les associations et les militants apparaissent comme des acteurs importants pour les électeurs de gauche (40 % Yannick Jadot et 37 % Jean Luc Mélenchon)

 

Copyright : EMMANUEL DUNAND / AFP

 

A voir aussi
  • Commentaires

    Ajouter un commentaire

    À propos des formats de texte

    Commentaire

    • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type='1 A I'> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id='jump-*'> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
    • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
    • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
    • Seules les images hébergées sur ce site peuvent être placées dans une balise <img>.

...

Envoyer cette page par email

L'adresse email du destinataire n'est pas valide
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017